Août

À partir de la mi-juillet, la croissance des plantes ralentit. Les végétaux se préparent tout doucement aux rigueurs de l’hiver. Il est important de respecter ce rythme naturel et de ne pas fertiliser. L’apport de compost automnal doit être fait après le gel du sol, en prévision du printemps. Les jours chauds favorisent la présence des insectes ravageurs. Ouvrez l’œil, mieux vaut prévenir les infestations, en intervenant rapidement.

Scarabée japonais

Scarabée japonais (Popillia japonica). Photo : Larry & Teddy Page


Calendrier d’entretien

Ce calendrier d’entretien général a été élaboré pour les ruelles vertes de la région montréalaise. Lire la suite

Publicités

Juillet

C’est le moment de préparer les activités de l’édition 2015 des Journées des ruelles vertes de Montréal qui se tiendront les 12 et 13 septembre prochains. Vous pouvez inscrire les activités que vous souhaitez mettre en place au calendrier officiel en remplissant ce formulaire.

Avec les premières vagues de chaleur, certaines plantes, comme les graminées à gazon, entreront en dormance et jauniront (c’est tout à fait normal). D’autres, comme les plants de tomates ou de poivrons, prendront de la vigueur. En période de canicule, l’évaporation se fait plus rapidement. Les plantes rafraîchissent ainsi l’air autour d’elles et créent des îlots de fraîcheur. Les besoins en arrosage peuvent être plus importants.

Après un printemps frais et pluvieux, les maladies fongiques, comme le blanc, sont plus présentes. Ouvrez l’œil ! Les insectes prolifèrent plus rapidement par temps chaud. Il faut donc être attentif pour contrôler les infestations, dès leur apparition.

Juillet2

Cultivar d’Echinacea purpurea en démonstration au Jardin des nouveautés du Jardin botanique de Montréal.

  • Arrosez au besoin seulement. Le matin est le moment idéal pour arroser : il y a peu d’évaporation et le feuillage sèche rapidement. (Un feuillage mouillé favorise les maladies.) Évitez les systèmes d’arrosage qui projette l’eau en l’air. L’arrosage au niveau du sol est beaucoup plus efficace. Lors de l’arrosage, le sol doit être humidifié à une profondeur de 20 cm. Pendant les canicules, il faut parfois arroser tous les jours. Vérifiez la réglementation municipale ou installez un baril de pluie ! Pour en savoir plus sur l’arrosage et le stress hydrique.

Lire la suite

Juin

Malgré ce printemps en dents de scie, les beaux jours auront bientôt le dessus. Juin lance véritablement la saison du jardinage. Considérez le temps que vous passez maintenant au jardin comme un investissement. Vous en récolterez les fruits pendant toute la saison. Voici un calendrier d’entretien, élaboré pour la région montréalaise.

Iris versicolor

Iris versicolor, photo : Olivier Bataille

Arrosez au besoin seulement. Il est toujours préférable d’arroser moins souvent, mais plus en profondeur. N’hésitez pas à mettre les mains dans la terre pour voir si celle-ci est humide, 10 cm sous la surface. Plusieurs mesures permettent de prévenir le stress hydrique tout en économisant l’eau potable. Lire la suite

Capsule horticole du 28 juin

Météo par Environnement Canada
Prévisions jardinage par Météomédia

Avec l’arrivée des grandes chaleurs, l’arrosage devient plus important pour les plantes du jardin. Les trombes d’eau qui sont tombés récemment sur le sud du Québec n’ont pas eu le temps de bien pénétrer le sol. Il est donc important de vérifier l’humidité des 20 premiers centimètres de sol. Comme l’eau potable est une ressource précieuse, son utilisation doit être raisonnée et efficace. L’utilisation d’un paillis est un bon moyen de diminuer les besoins en eau du jardin. Cette pratique s’inspire de ce que l’on observe dans les milieux naturels. Dans les forêts, une litière de feuilles mortes préserve le sol de l’érosion et de la sècheresse. Dans les prairies, une couche de chaume joue le même rôle.
Lire la suite

Capsule horticole du 21 juin

Météo par Environnement Canada
Prévisions jardinage par Météomédia

L’été arrive officiellement le 21 juin, jour du solstice. Pour amorcer leur croissance et leur développement, les plantes ne se fient pas aux dates de nos calendrier. C’est la longueur des jours et l’augmentation de la température qui met en branle les processus physiologiques de la croissance.
Lire la suite