Les cochenilles

Plusieurs plantes d’intérieur d’origine tropicale peuvent être la proie des cochenilles. L’atmosphère chaude et sèche de nos maisons est idéale pour leur reproduction. Elles s’attaquent entre autres aux asperges, bégonias, coléus, crassulas, crotons, dieffenbachias, dracaenas, ficus, hibiscus, hoyas, lauriers-roses, lierres, pins de Norfolk, poinsettias, violettes africaines. Les cochenilles s’attaquent également à plusieurs espèces végétales de la famille des palmiers, broméliacées et des cactées.

Kermès (Chrysomphalus aonidum) sur Schefflera
Photographie : United States National Collection of Scale Insects Photographs Archive, USDA Agricultural Research Service, Bugwood.org

Chez les cochenilles, les femelles sont toujours plus nombreuses que les mâles. Elles sont immobiles, cachées sous une carapace et se nourrissent en aspirant la sève des plantes. Le terme cochenilles inclut les kermès et les lécanies. Les kermès vivent sous une coquille dure, circulaire ou allongée, de couleur brunâtre ou blanchâtre. Les lécanies sont protégées par un bouclier cireux de forme bombée mesurant entre 1 et 8 mm. Comme les pucerons, les lécanies sécrètent un liquide collant que l’on appelle miellat. La plupart des cochenilles qui s’attaquent aux plantes d’intérieur ont une origine tropicale. Lorsqu’elles sont présentes en grand nombre, leurs colonies forment une croûte dure sous les feuilles et sur les tiges.

  • Si les cochenilles sont peu nombreuses, leurs dommages ne seront pas apparents.
  • Lorsque l’infestation devient plus importante, les feuilles flétrissent, se dessèchent et tombent prématurément. Les nouvelles pousses peuvent être difformes. La floraison et la fructification sont compromises. La plante s’affaiblit progressivement et la présence d’un grand nombre d’insectes peut entraîner sa mort.
  • Les cochenilles peuvent être le vecteur de maladies virales.

Kermès (Selenaspidus albus) sur euphorbe
Photographie : United States National Collection of Scale Insects Photographs Archive, USDA Agricultural Research Service, Bugwood.org

Une inspection minutieuse est essentielle pour déterminer la présence de cochenilles. Les carapaces ou les boucliers sont souvent difficiles à discerner. Leurs couleurs se confondent avec celles des rameaux. Surveillez particulièrement le dessous des feuilles, le bord des nervures et l’intersection des tiges. Des traces de miellat peuvent indiquer la présence des lécanies.

  • Inspectez méticuleusement les plantes que vous venez d’acheter et celles qui ont passé une partie de l’été à l’extérieur.
  • Évitez les blessures, les tailles sévères et les fertilisants riches en azote. Ils favorisent la croissance des pousses tendres qui sont plus fragiles aux attaques des cochenilles.
  • Si vous devez tailler vos plantes, assurez-vous de désinfecter l’outil fréquemment avec de l’alcool à friction.

Intervenez dès que les insectes sont visibles pour éviter que le problème ne s’aggrave. Lorsque les températures sont élevées, les cochenilles complètent leur cycle de vie en une vingtaine de jours. Les populations peuvent donc augmenter très rapidement.

  • Lorsque les infestations sont importantes, taillez et jetez les tiges ou les feuilles fortement attaquées.
  • Isolez les plantes infectées dans une pièce fraîche.
  • Badigeonnez les carapaces et les boucliers avec un coton-tige imbibé d’alcool à friction. De cette façon, la coquille de l’insecte se desséchera et il sera plus facile à atteindre.
  • Délogez les cochenilles en les frottant vigoureusement à l’aide d’une brosse à dents ou d’un linge trempé dans de l’eau savonneuse. Utilisez un savon sans phosphate. Lorsque les cochenilles visibles ont été éliminées, poursuivez le traitement en utilisant alternativement l’alcool, le savon insecticide et l’huile horticole. (Voir l’article sur les pucerons.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s