Un charançon sur mon balcon

Quand une vigne vierge part à la conquête d’un mur, elle supporte un écosystème complexe qui prospère le temps d’une saison. Si ses fruits acides peuvent être toxiques pour l’être humain, ils font le bonheur des oiseaux. Son feuillage dense permet d’ailleurs à plusieurs espèces de bâtir leurs nids. Depuis plusieurs années, la vigne vierge de mon voisin a envahi mes murs. Elle donne à mon balcon, pour mon plus grand plaisir, l’allure d’une jungle. Certaines années un insecte égaré vient trottiner sur les murs de ma cuisine. Cet insecte débonnaire est un charançon, le charançon noir de la vigne. Originaire du nord de l’Europe, le charançon noir de la vigne est présent en Amérique du Nord depuis 1835. À la nuit tombée, les adultes font des encoches caractéristiques sur le bord des feuilles. Mais des dégâts plus importants peuvent être causés par l’alimentation des larves, sous la surface du sol.

Fiche technique :

Nom commun : Charançon noir de la vigne
Nom scientifique : Otiorhynchus sulcatus
Nom anglais : Black vine Weevil

L’adulte mesure environ 1 cm. Ses élytres noirs et bosselés sont souvent marqués de points brunâtres. Le charançon noir de la vigne ne vole pas, mais il peut traverser plusieurs dizaines de mètres en marchant. Le jour, il se cache près des collets des plants et dans la litière. Après le coucher du soleil, il remonte pour s’alimenter sur le feuillage. En se nourrissant, les adultes font des entailles caractéristiques en forme de croissant sur les bords des feuilles ou des aiguilles. Même lorsque ces entailles sont nombreuses, elles ont peu d’impact sur la croissance des plantes.

Les œufs sont pondus en grand nombre à la surface du sol. La larve est blanche avec la tête brune. Elle mesure 9 mm. Contrairement aux autres vers blancs, elle n’a pas de pattes. Elle vit dans le sol, à une profondeur variant entre 2 et 40 mm et se nourrit des racines. Les végétaux attaqués par les larves se décolorent, flétrissent et se dessèchent. À maturité, elles remontent graduellement vers la surface pour se transformer en pupes. Les adultes émergent vers la mi-juin et sont actifs jusqu’à la mi-septembre. Le charançon noir de la vigne est parthénogénique (les femelles peuvent se reproduire sans la présence de mâle). Ce ravageur très prolifique n’a qu’une seule génération par année.

Prévention

L’allure sympathique des adultes et le peu d’impact de leur alimentation ne doivent pas nous induire en erreur. Les encoches sur le feuillage annoncent généralement une présence importante des larves, l’année suivante. Lorsqu’elles sont présentes en grand nombre, les larves peuvent entraîner la mort des plants. Plusieurs méthodes peuvent aider à prévenir les infestations importantes :

  • Lors de l’achat des plants, examinez attentivement le feuillage pour éviter d’introduire le ravageur au jardin.
  • À l’automne, ramassez les feuilles et les débris végétaux au pied des plantes qui ont été attaqués.
  • Binez le sol entre la fin du mois de mai et le début de juin de façon à exposer les pupes aux prédateurs et aux intempéries.
  • Les principaux prédateurs des charançons sont les insectes de la famille des carabidés, les carabes. Ces ennemis naturels sont très sensibles aux pesticides. Bannissez l’utilisation de ces produits au jardin. Pour favoriser la présence des carabes, installez un tas de pierres dans un coin humide et ombragé. Un abri composé d’un pot de terre cuite rempli de paille peut également être utilisé par les carabes pour traverser l’hiver.

Et en cas d’infestation :

  • Les adultes du charançon noir de la vigne sont actifs en soirée. Attrapez-les manuellement et noyez-les dans l’eau savonneuse. Lorsque les charançons sont dérangés, ils se laissent tomber sur le sol. Capturez-les en plaçant un tissu au pied des plants et en secouant le feuillage. Répétez l’opération tous les trois ou quatre jours, aussi longtemps que les adultes sont visibles. Cette méthode de contrôle est la plus simple et la moins coûteuse.
  • L’utilisation de nématodes parasites pourrait être une solution d’avenir. Le Steinernema carpocapsae, est celui qui a donné les meilleurs résultats contre le charançon noir de la vigne. Les nématodes doivent être appliqués sur un sol humide à deux reprises au cours du printemps. Pour que ce traitement soit efficace, il est essentiel de suivre les recommandations du fabricant en ce qui concerne le contrôle du charançon noir de la vigne.
  • Plusieurs chercheurs travaillent à trouver d’autres moyens de lutte biologiques. Des recherches sur un champignon s’attaquant au charançon (Metarhizium anisopliae), sur des répulsifs d’origine végétale (à base d’huile essentielle de rhododendron lépidote) et sur l’utilisation de cendre volcanique ont donné des résultats prometteurs.

Photographies :

  • Adulte du charançon noir de la vigne : Cheryl Moorehead
  • Dommages du charançon noir de la vigne : GPCP

2 réflexions sur “Un charançon sur mon balcon

  1. Bonjour et merci pour cet article.

    Mon jardin a été envahi par ces insectes tout l’été. Je viens de le traiter avec un auxiliaire naturel, le nématode Heterorhabditis bacteriophora. Ici en Belgique je pouvais aussi trouver des Heterorhabditis megidis, mais pas la sorte de nematodes que vous indiquez. En avez-vous entendu parler? Sont-ils efficaces?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s