Le criocère du lis

Introduit en Amérique du Nord vers 1945, le criocère du lis est un bel insecte d’origine européenne et asiatique. Il se multiplie rapidement et peut faire des ravages importants en perforant le feuillage et les boutons floraux des lis. Mais le jardinier vigilant pourra facilement venir à bout des infestations.


Fiche technique

Nom commun : Criocère du lis
Nom scientifique : Lilioceris lilii Scopoli
Nom anglais : Lily leaf beetle
Ordre : Coléoptères
Famille : Chrysomélides

Le criocère du lis est un coléoptère de forme allongée mesurant entre 6 et 8 mm. Ces élytres écarlates le rendent facilement reconnaissable. (Les élytres sont les ailes antérieures des coléoptères. Elles sont dures et ne peuvent servir pour le vol. Elles font office de bouclier et protègent les ailes postérieures lorsqu’elles sont au repos.) L’adulte du criocère émerge du sol au printemps et commence immédiatement à s’alimenter en perforant le feuillage et les boutons floraux. Les œufs cylindriques orangés sont pondus sous la feuille, le long de la nervure médiane. Les larves jaunâtres se camouflent sous leurs excréments noirâtres. Ainsi camouflées, elles dévorent le limbe de l’extrémité des feuilles jusqu’au pétiole. Lorsque les infestations sont importantes, les parties aériennes du plant peuvent être complètement détruites, mais le bulbe demeure intact. Les dégâts de ce ravageur ne peuvent entraîner la mort du plant.

Dès la fin du mois de juillet, les adultes regagnent le sol pour s’abriter dans la litière. Au Québec, le criocère n’a généralement qu’une génération par année. Les hivers doux et les chutes de neige importantes favorisent la survie des populations. Comme sa coloration le rend très visible, ce paisible herbivore adopte des comportements particuliers pour échapper à ses ennemis naturels.En cas de danger, il fait le mort et se laisse rapidement tomber sur le sol. Lorsqu’il est manipulé, le criocère émet une stridulation en frottant ses ailes sur son abdomen dans le but d’effrayer les prédateurs.

Plusieurs méthodes peuvent prévenir les infestations de criocère :

Lors de l’achat des plants, examinez les tiges et le feuillage de manière à déceler rapidement la présence du ravageur et éviter de l’introduire au jardin. Pendant toute la saison de croissance, assurez la vigueur des lis en les arrosant en période de sécheresse et en les fertilisant adéquatement. À l’automne et au début du printemps, ramassez les débris végétaux aux pieds des lis et binez le sol en surface.

Évitez les variétés les plus sensibles si le criocère est présent dans l’environnement immédiat. Le criocère s’attaque à toutes les variétés de lis, aux fritillaires et plus rarement au sceau-de-Salomon. Mais il a une préférence pour les variétés européennes. Le lis de la madone (Lilium candidum) est l’espèce la plus sensible. Les variétés asiatiques sont plus fréquemment attaquées que les variétés américaines. Le lis du Canada (Lilium canadense) une espèce indigène au Québec est moins attirante pour le criocère.

Lorsque la présence des criocères est décelée, intervenez promptement :

Dès la fin du mois d’avril, inspectez régulièrement le feuillage. Ramassez rapidement les œufs, les larves et les adultes. Écrasez-les ou noyez-les dans l’eau savonneuse. Ces insectes ne mordent pas et ne piquent pas. Si l’apparence des larves vous rebute, utilisez des gants pour attraper l’insecte. La cueillette manuelle demeure la meilleure méthode de contrôle du criocère du lis. Quelques minutes par semaine suffisent à contrôler une infestation.

En dernier recours, lorsque les infestations sont importantes, un insecticide à faible impact dont l’ingrédient actif est le savon insecticide peut être utilisé. Ce produit agit par contact et il doit être appliqué localement alors que le ravageur est présent. Le savon insecticide n’est pas sélectif. Il est donc nocif pour un grand nombre d’organismes utiles. Son utilisation peut réduire le nombre de prédateurs et entraîner une augmentation des infestations futures. Si l’on choisit d’utiliser un savon insecticide, il est essentiel de suivre les recommandations du fabricant. Plusieurs produits disponibles dans les jardineries contiennent de la pyréthrine ou des pyréthrinoides de synthèse. Bien qu’ils soient offerts en vente libre, ces produits sont interdits à Montréal.

Si la roténone est parfois utilisée pour le contrôle des coléoptères. Son usage n’est pas recommandé pour éradiquer le criocère du lis. La roténone peut avoir un impact négatif sur les insectes utiles, dont les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons) qui jouent un rôle essentiel pour l’alimentation humaine. Elle est également très toxique pour les poissons et la faune aquatique.

Pour en savoir plus :
Le criocère du lis sur Espace pour la vie

Photographies de criocère adulte : Gilles Gonthier, oeufs de criocère : Éric Bégin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s