Jardiner à la verticale

Dans leur course vers la lumière, les plantes ont fait depuis longtemps la conquête des espaces verticaux. Toute une flore s’est développée dans des milieux aussi inhospitaliers que les falaises et le flanc abrupt des montagnes. Sous les tropiques, les plantes épiphytes ont colonisé les troncs et les branches des grands arbres. Elles survivent sans aucun contact avec le sol, absorbant l’humidité de l’air et se nourrissant des débris végétaux qui s’accumulent dans la moindre fissure.

Au cœur de nos villes, les murs sont souvent des espaces perdus. Ils amplifient les bruits ambiants et contribuent à l’accumulation de la chaleur lors des canicules. En les habillant, les plantes brisent leur monotonie et créent de somptueux tableaux, riches en couleurs et en textures. Le couvert végétal isole les bâtiments. Il les protège des chaleurs et des froids extrêmes et il étouffe les sons. Les murs végétaux captent et retiennent une partie des eaux de pluie et ils purifient l’air en absorbant le CO2 ainsi que plusieurs polluants atmosphériques.

Les plantes grimpantes

L’utilisation des plantes grimpantes est la méthode la plus ancienne pour végétaliser les murs. Plusieurs grimpantes ont une vigueur suffisante pour couvrir de très grandes surfaces en quelques années. Contrairement à la croyance populaire, la présence des grimpantes n’augmente pas le taux d’humidité près des murs. Les constructions recouvertes de végétation sont toujours plus sèches. La couverture du feuillage empêche les pluies d’atteindre directement le mur. Les plantes absorbent également une partie de l’humidité ambiante. De plus, en bloquant le passage des rayons UV, le couvert végétal prolonge la durée de vie des matériaux.

Cependant, si le mur est fissuré, la croissance des racines et des tiges risque d’abîmer le mortier et de desceller les pierres ou les briques. Une inspection annuelle est nécessaire afin de déceler toute fissure. Les plantes grimpantes n’endommageront pas les murs en bon état . Une taille annuelle est requise pour contrôler le développement de certaines plantes. Un entretien régulier est particulièrement important près des gouttières et des fenêtres. L’organisme Vivre en ville de Québec expérimente depuis 2002 l’utilisation des grimpantes sur un support indépendant, parallèle au mur. Les résultats sont concluants. Le couvert végétal isole le bâtiment des températures extrêmes et des bruits ambiants. Le support élimine tous risques pour le parement qui a une valeur patrimoniale et il crée une couche d’air qui augmente les propriétés isolantes du mur végétal.

Conseils pratiques : Les plantes grimpantes

  • Pour sauver du temps, achetez préférablement des plants âgés. (Pots de quatre litres.) Les plantes vendues par la poste sont souvent trop petites. Évitez les plants qui ont des blessures sur les tiges.
  • Idéalement, la plantation sera effectuée du mois d’avril au mois de mai, ou de septembre à octobre. La fosse de plantation aura une profondeur équivalente à celle de la motte et sera deux fois plus large. Le sol peut être amendé avec du compost afin de créer un mélange riche, léger et poreux. La poudre d’os est souvent utilisée pour favoriser un enracinement rapide. Il est essentiel de désherber parfaitement avant la plantation.
  • Arrosez généreusement la plante avant la plantation.
  • Il est préférable de placer la plante à une distance de 20 à 30 cm de son support pour favoriser un bon développement des racines et des tiges. Près d’un mur, on respectera la même distance, ce qui préviendra les excès de chaleur causés par la réflexion du soleil.
  • Les tiges de plusieurs espèces peuvent être enterré sur 10 à 15 cm. Les premiers nœuds en contact avec le sol formeront de nouvelles racines. Après quelques semaines, ajustez les attaches entre la plante et son support. Ces attaches doivent être souples pour ne pas blesser les tiges. (Même les plantes grimpantes qui ont des ventouses auront besoin d’être soutenues pendant les premiers mois.)
  • Prévoyez un support adapté à l’espèce de plantes grimpantes utilisée et fixez-le solidement dès le début de la saison. Les tiges volubiles s’accrochent plus facilement aux supports verticaux.
  • Le développement aérien d’une plante grimpante sera proportionnel à son développement souterrain. Le système des racines a besoin d’espace.
  • Les jeunes plants exigent un arrosage régulier. Le sol doit être mouillé à une profondeur de 20 cm.
  • Protégez le pied des plantes grimpantes à l’aide d’un paillis. Une épaisseur de 10 cm est suffisante. Laissez le collet dégagé sur un diamètre de 10 cm.
  • Si une grimpante se détache à cause de son poids, elle aura du mal à se remettre en place même si on l’attache. Il est préférable de la tailler.
  • Une fertilisation trop abondante accélère la croissance et rend la plante plus fragile aux ravages des insectes et des maladies fongiques. Pour la plupart des plantes, un apport de compost (1 à 5 cm) incorporé au sol à l’automne est suffisant. Les grimpantes à fleurs sont plus exigeante. Une fertilisation régulière (3 ou 4 fois pendant la saison) augmente leur floraison.
  • Même les plantes à croissance très rapide auront une croissance plus lente au cours des premières années, le temps que s’établisse le système de racine.

Conseils pratiques : Les grimpantes en contenant

  • Pour les plantes vivaces, isolez les bacs avec des feuilles de polystyrène d’une épaisseur de 4 à 6 cm. En hiver les bacs devraient être protégés s’ils ne sont pas couverts de neige. L’isolation des bacs protège également les plantes de la chaleur du soleil en été. Évitez les contenant de couleur noire.
  • La culture des espèces vivaces exige des contenants d’une dimension minimale. (60 cm dans toutes les directions.)
  • Choix du terreau : léger, bien drainé et aéré. (Pour les plantes comestibles, attention à la présence de cristaux de rétention d’eau. Ces polymères sont toxiques.)
  • Ne remplissez pas vos contenants jusqu’à ras bord. Mettez du terreau jusqu’à environ 2,5 cm du bord, ce qui vous permettra d’arroser vos plantes sans faire de dégâts.
  • Respectez les distances de plantation. Ne surchargez pas les contenants.
  • L’arrosage régulier est primordial. La fréquence varie selon les dimensions du contenant : à tous les jours pour les petits contenants placés en plein soleil, à toutes les deux semaines pour les contenants les plus grands. Laissez sécher le terreau entre les arrosages.
  • Environ toutes les deux semaines, fertilisez le sol avec un engrais soluble dilué dans l’eau d’arrosage.
  • Afin de réduire les besoins en eau des plantes et, par conséquent, la corvée d’arrosage, rapprochez les contenants les uns des autres, ce qui aura pour effet de minimiser l’évaporation, particulièrement si les contenants sont faits de matériaux poreux.
  • Les plantes en contenant ont une durée de vie plus brève.

Sept plantes grimpantes pour couvrir un mur :

Nom botanique

Nom français

Hauteur

Largeur

Zone

Lumière

Attaches

Intérêts particuliers

Aristolochia macrophylla

Aristoloche

10 m

2 à 3 m

4

Soleil à mi-ombre

Tiges volubiles

Ses grandes feuilles cordées d’un vert clair contrastent agréablement avec les autres grimpantes.

Celastrus scancens

Bourreau des arbres

10 m

2 à 3 m

3

Soleil à mi-ombre

Tiges volubiles

Cette grimpante indigène est très vigoureuse. Les plants femelles portent des fruits rouges et or à l’automne

Clematis tangutica

Clématite tangutica

3 m

1 à 2 m

3

Soleil à mi-ombre

Pédicelles volubiles

L’une des clématites les plus vigoureuses. La floraison jaune apparaît de juillet à septembre.

Humulus lupulus

Houblon

10 m

2 à 3 m

4

Soleil, mi-ombre à ombre

Tiges volubiles

Le feuillage vert clair abrite une discrète floraison parfumée. La croissance est rapide.

Hydrangea petiolaris

Hydrangée grimpante

7 m

2 à 3 m

5

Soleil à mi-ombre

Racines aériennes

Le feuillage foncé et brillant met en valeur la floraison blanche de juin à juillet.

Parthenocissus tricuspidata

Lierre de Boston

12 m

2 à 3 m

4

Soleil à mi-ombre

Vrilles et ventouses

Le feuillage dense et lustré épouse le contour des murs. La coloration automnale est spectaculaire.

Parthenocissus quinquefolia

Vigne vierge

15 m

2 à 3 m

3

Soleil, mi-ombre à ombre

Vrilles et ventouses

Cette grimpante indigène est l’une des plus vigoureuses. En automne, le feuillage se pare d’un rouge lumineux et les fruits attirent les oiseaux.


(Ce texte est un extrait d’un article à paraître dans le magazine Fleurs Plantes Jardins)

Pour en savoir plus :

Julie Boudreau, Plantes grimpantes
Bertrand Dumont Éditeur, Boucherville, 2006

Jean-Pierre Parent, Potager à l’assaut du ciel, Quatre-temps, vol. 31, no 1, mars 2007

Patrick Blanc, Les murs végétaux, de la nature à la ville
Michel Lafon, Paris, 2007

Jacques Leenhardt, Anna Lambertini, Les jardins verticaux dans le monde entier
Éditions Citadelles et Mazenod, Paris, 2007

Nigel Dunnett, Noël Kingsbury, Toits et murs végétaux
Éditions du Rouergue, 2005

Sites Web :

Les plantes grimpantes, Carnet horticole du Jardin botanique de Montréal

Vivre en ville, regroupement québécois pour le développement viable

Envirozone


4 réflexions sur “Jardiner à la verticale

  1. Bonjour Pierre-Yves,

    Je pensais mettre de la vigne vierge en pot devant un petit mur très exposé au sud.
    Ton article ne me dit pas que j’aurais tort😉

    Est-ce que ça pourrait tenir?

    Merci de ton avis

  2. La vigne vierge s’adapte vraiment à toutes les situations. Pendant plusieurs années, je l’ai utilisée comme plante d’intérieur. Il faut simplement se rappeler que le développement des parties aériennes sera proportionnel au développement des racines. Dans un petit contenant, la vigne vierge restera petite.

    Originaire de l’Est de l’Amérique du Nord, sa zone de rusticité est de 3 à 9 (zone USDA). Certaines régions du sud de la France (Les rives de la Corse et les environs de Nice) sont zonées 10, ce qui serait trop chaud et nuirait à son développement. La carte des zones de rusticité pour la France peut être consultée à l’adresse suivante : http://gardenbreizh.org/pages/dossier_03_01.html

    Bon jardinage !

  3. Salut,

    Suite à des rénos, j’ai dû enlever la lierre sur la clôture de ma cours et je pensais la remplacer par de l’hydrangée grimpante. À ta connaissance, y a-t’il une variété avec des fleurs colorées?

    Merci pour ton blog, il va m’aider à verdir mon maigre 10×15 pieds en face de chez moi🙂

    • À ma connaissance, il n’y a pas sur le marché de variétés colorées d’Hydrangea petiolaris. (Je peux me tromper.) Je pense que comme la plante a une croissance très lente, très peu de cultivars ont été développés. Si l’espace est suffisant, il est possible de mêler deux plantes grimpantes. Une pour la couleur, l’autre pour le port ou le feuillage.

      Bonne chance dans les rénos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s