Capsule horticole du 28 juin

Météo par Environnement Canada
Prévisions jardinage par Météomédia

Avec l’arrivée des grandes chaleurs, l’arrosage devient plus important pour les plantes du jardin. Les trombes d’eau qui sont tombés récemment sur le sud du Québec n’ont pas eu le temps de bien pénétrer le sol. Il est donc important de vérifier l’humidité des 20 premiers centimètres de sol. Comme l’eau potable est une ressource précieuse, son utilisation doit être raisonnée et efficace. L’utilisation d’un paillis est un bon moyen de diminuer les besoins en eau du jardin. Cette pratique s’inspire de ce que l’on observe dans les milieux naturels. Dans les forêts, une litière de feuilles mortes préserve le sol de l’érosion et de la sècheresse. Dans les prairies, une couche de chaume joue le même rôle.

Arroser

  • Le jour, l’évaporation réduit l’efficacité de l’arrosage. Si on utilise un arrosoir oscillant en début d’après-midi, 50% de l’eau est perdue par évaporation. De plus, les rayons du soleil concentré par les gouttelettes d’eau peuvent causer des brûlures sur le feuillage.
  • Le soir, l’eau qui demeure sur le feuillage peut entraîner des maladies fongiques.
  • Le matin est le moment idéal pour arroser. Il y a peu d’évaporation et le feuillage sèche rapidement.

Attention : Pendant les canicules, il faut parfois arroser le potager et les plates-bandes d’annuelles chaque jour. (Vérifier la réglementation municipale) Les boîtes à fleurs et les contenants doivent être arrosés chaque jour.

Pailler

Utiliser un paillis au pied des plantes présente plusieurs avantages :

  • Le paillis permet au sol de mieux conserver l’humidité. Les arrosages peuvent donc être moins fréquents.
  • Il protège le sol contre les écarts de température qui déplaisent à plusieurs plantes.
  • Il nuit à l’établissement des mauvaises herbes et facilite le désherbage.
  • Finalement, le paillis réduit les éclaboussures de boue sur la maison en cas de fortes pluies.

Le paillis est particulièrement utile aux conifères, très gourmands en eau, et aux plantes qui aiment avoir les pieds au frais. (exemple : Clematis cv.)

Attention : l’utilisation d’un paillis est déconseillée lorsqu’on veut implanter des vivaces couvre sol. (exemple : Ajuga reptans, Lysimachia nummularia, Vinca minor)

Les types de paillis

  • À décomposition rapide (exemple : le paillis de cacao)
    Ils enrichissent le sol en matière organique et doivent être renouvelés chaque année. Leur décomposition utilise une partie de l’azote du sol, on doit alors contrebalancer le déficit en azote par une fertilisation adéquate. Ce type de paillis est utile dans les endroits faciles d’accès et les plates-bandes d’annuelles.
  • À décomposition lente (exemple : le paillis de cèdre)
    Comme ils sont durables, ces paillis sont utiles dans les endroits plus difficiles d’accès
  • Acidifiant (exemple : le paillis d’aiguille de pin)
    Idéal pour les plantes acidophiles comme les hydrangées, les rhododendrons. Ils se décomposent rapidement.

Pour être utile, le paillis doit être appliqué sur une surface équivalant au diamètre de la plante. Une épaisseur de 10 à 15 cm est requise. Il est important de laisser un espace libre autour du collet de la plante. Le paillis ajoute à la valeur esthétique du jardin si l’on prend soin de le choisir en fonction du style de la maison et du jardin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s